Accueil Mindset Les Femmes et l’Argent : une Relation Complexe

Les Femmes et l’Argent : une Relation Complexe

par ViaFortuna

A une époque où, de plus en plus de personnes cherchent à donner du sens à leur vie et à se recentrer sur des valeurs saines, l’argent fait partie des sujets qu’il est tentant d’écarter. Surtout pour les femmes.

Des croyances négatives peuvent les amener à considérer l’argent comme un objet sans âme ni morale auquel elles refusent de s’associer. La peur d’être jugée « vénale » ou « intéressée » les empêche également d’aborder ce sujet en toute liberté.

Cet article passe en revue les éléments qui, ensemble, tissent un rapport assez complexe entre les femmes et l’argent. Les 3 études sur lesquelles s’appuie cet article sont indiquées en bas de page.

les femmes et l'argent : une relation complexe

L’argent : une garantie d’indépendance et de sécurité pour les femmes

Même si nous sommes loin d’avoir tordu le cou aux inégalités hommes-femmes en entreprise, l’argent est avant tout synonyme d’indépendance et de liberté pour les femmes. Celles-ci considèrent la rémunération perçue en échange de leur travail comme un vecteur d’affirmation personnelle, notamment au sein du couple.

Les femmes associent également l’argent à la notion de sécurité, valeur souvent héritée de leur famille. Elles le gèrent donc avec beaucoup de prudence.

Un sujet tabou, sauf au sein du couple

Si les femmes et les hommes manifestent le même niveau d’intérêt pour l’argent (dépenses, épargne, placements), les femmes sont toutefois moins à l’aise avec le sujet que les hommes. Il en résulte que celles-ci ont beaucoup de difficultés à parler d’argent en dehors de la sphère conjugale et particulièrement dans la sphère professionnelle.

Ainsi, 69% des femmes n’ont jamais évoqué le montant de leur salaire lors d’un dîner entre amies et 60% éprouvent des difficultés à demander une augmentation de salaire. Le tabou est donc encore bien présent !

Les femmes gèrent l’argent disponible…

Bien qu’elles éprouvent des difficultés à aborder le sujet en dehors de la sphère conjugale, les femmes occupent une place prépondérante dans la gestion de l’argent au sein du couple. Elles s’investissent fortement dans le suivi des dépenses du ménage et la mise en place d’une épargne régulière. Epargner est une priorité pour elles : cela leur permet d’être à l’abri des imprévus et de se sentir en sécurité.

Les femmes parlent d'argent au sein du couple

Toutefois, elle manque de confiance dans leur gestion financière : 37% seulement sont confiantes par rapport aux décisions qu’elles prennent. Ce manque de confiance les incite à détenir trop de liquidités (compte-courants, livrets, assurance-vie en fonds euro, PEL…) et pas suffisamment de produits d’investissement (PEA, immobilier locatif, SCPI…).

…mais ne cherchent pas à en obtenir davantage

De ce fait, les femmes demeurent globalement passives lorsqu’il est question d’obtenir plus d’argent que ce qu’elles ont déjà.

Les femmes n’investissent pas

De manière générale, les femmes sont très réfractaires au risque car elles associent le concept de risque à l’idée de perdre de l’argent. Au lieu d’investir pour faire fructifier leur argent à long terme, elles se focalisent sur l’épargne, indiquant qu’elles se concentrent uniquement sur le court terme.

A peine 12% des femmes se considèrent comme des investisseuses, planifient une stratégie financière à long terme et sont prêtes à prendre des risques pour obtenir de meilleurs rendements. Les femmes cherchent donc à conserver l’argent qu’elles possèdent mais pas à en obtenir davantage.

Pour ma part, je pense aussi que les femmes ont peur de perdre leur argent car, indirectement, elles ont peur de perdre leur indépendance et leur liberté.

A long terme, étant donné l’environnement actuel de taux bas, les femmes qui n’investissent pas, risquent de ne pas réussir à se constituer une épargne retraite suffisamment confortable pour subvenir à leurs besoins. D’ailleurs, nombre d’entre elles craignent de ne pas disposer des revenus souhaités une fois qu’elles auront arrêté de travailler. Pourtant, elles n’ont pas encore pris les mesures nécessaires pour bien se préparer financièrement à leur retraite.

Les femmes souffrent du « complexe de la bonne élève »

On constate que trois quarts des femmes sont insatisfaites de leur rémunération mais que deux tiers des femmes ne demandent habituellement pas d’augmentation. On peut se demander pour quelles raisons, malgré leur insatisfaction, les femmes demeurent relativement passives à demander une rémunération plus juste ?

En réalité, les femmes souffrent du « complexe de la bonne élève » : je fais bien mon travail dans mon entreprise, j’attends qu’on remarque mes efforts et qu’on me félicite par une augmentation. La plupart des femmes pensent que les choses devraient venir naturellement et qu’elles ne devraient pas avoir à demander. Les femmes ont donc foi en une méritocratie professionnelle qui récompenserait les personnes les plus méritantes. Le problème, c’est que cette méritocratie n’existe pas, ou du moins, pas à la hauteur de leurs attentes.

Quels enseignements peuvent tirer les femmes de ces études sur l’argent ?

Vous vous êtes reconnue dans les résultats de ces études ?

Pas de panique ! Il est toujours possible d’agir ! A ce sujet, je vous propose quelques ajustements de comportement pour simplifier et assainir votre rapport à l’argent :

  • Continuer à être active dans la gestion de vos finances mais adopter une approche plus long-terme : l’investissement, par une prise de risque mesurée, permet d’améliorer sensiblement le confort de vie et de sécuriser son avenir financier.
  • Se positionner comme actrice de votre carrière professionnelle et considérer la rémunération comme une composante-clef : à chacune de prendre sa place dans la vie professionnelle et oser demander ce qui nous semble juste (rémunération, aménagement de poste, périmètre…).
  • Se faire conseiller, si besoin, pour avoir davantage confiance en ses choix d’épargne ou d’investissement : le conseil joue un rôle essentiel pour aider à planifier son avenir financier alors n’hésitez-pas !

En conclusion, les femmes peuvent atteindre un confort financier bien plus important que le leur actuellement. Toutefois, pour cela, elles doivent évoluer dans leur rapport à l’argent : se détacher de leurs croyances limitantes, oser prendre leur juste place au travail et prendre des risques. A ce moment-là seulement, elles pourront voir et utiliser l’argent comme il est véritablement : un moyen d’échange neutre et simple entre les êtres humains.

Etudes sur les femmes et l’argent :

Laisser un commentaire